Catégorie : Science et vie

Sciences & Avenir – Septembre 1969 : Les moustaches de Concorde

Article de Jacques MORISSET Le succès de Concorde tient peut-être à ses « moustaches”. Deux ailettes escamotables, à l’avant du fuselage, pourrait autoriser l’avion supersonique à décoller, atterrir et virer plus court, et améliorer sa rentabilité. Concorde aura-t-il des ”moustaches » ? Sa rentabilité s’en trouvera-t-elle améliorée ? Depuis le 3 juillet, la question est posée. La réponse ne peut encore être donnée, mais les meilleurs aérodynamiciens britanniques et français, et leurs collègues des bureaux d’études de la British Aircraft Corporation et de Sud Aviation sont obligés d’étudier le problème de près. Un problème qui n’est pas entièrement nouveau, mais qui, étant…


Science & Vie – Janvier 1969 : CONCORDE : D’abord un problème de fournaise

Article de Jacques MARMAIN Avant qu’il n’ait effectué un seul vol, la totalité des essais de « Concorde” contenue dans 250 mémoires de contrôle, représentait un volume de quelque 3800 pages. 3800 pages de technologie nouvelle. Car ce bel enfant de ”l’Entente concordiale » a posé une collection de problèmes du simple fait qu’il volera pendant deux heures à Mach 2, deux fois la vitesse du son ; il existe dans le monde de nombreux appareils capable de voler aussi vite, et même plus vite, mais ce sont des avions militaires qui ne maintiennent cette vitesse que pendant quelques minutes. Principales rubriques…


Science & Vie – 1969 – Hors-Série : L’ère supersonique est ouverte

Article de Roland de NARBONNE L’ère du transport supersonique s’ouvrira un jour pour la clientèle des lignes aériennes, mais cela n’aura pas été sans mal. Concorde, le Tu-144, le SST (Super Sonic Transport) américain ont eu une gestation difficile, qui n’est d’ailleurs pas encore terminée pour le dernier. Les parents de Concorde, de surcroit, n’ont guère été encouragés ni réconfortés dans leurs efforts. Leur optimisme a été sévèrement critiqué d’autant que les frais se sont additionnés pour atteindre des sommes vertigineuses. Mais l’enfant est là et il faudra assurer sa croissance. Car le premier vol, intervenu avec juste un an…


Sciences & Avenir – Novembre 1968 : Concorde : les responsables s’expliquent

Sciences et Avenir a rencontré Henri Ziegler, Président Directeur Général de Sud-Aviation et Lucien Servanty, Directeur d’études “Avion » à Sud Aviation Une interview de Lucien Servanty Directeur d’études “Avion » à Sud Aviation par Jacques MORISSET et François de CLOSETS – Vous avez beaucoup hésité avant de vous fixer sur le type d’avion qu’est Concorde. Comment en êtes-vous venu à ce choix ? Il y a d’abord fallu définir le type qui convenait : – Réacteur à flux direct avec ou sans post combustion. – Réacteur à double flux, etc. – Envisageait-on à l’époque l’utilisation d’un moteur français ? Les moteurs…


Sciences & Avenir – Novembre 1968 : Comment Concorde apprend à voler

Article de Jacques MORISSET Concorde est terminé, il doit apprendre à voler. Sept prototypes, en plus de 4000 heures de vol, fixeront définitivement les 3000 paramètres dont dépendra la réussite du premier avion commercial supersonique. Le premier vol de Concorde 001 c’est-à-dire du prototype assemblé à Toulouse chez Sud Aviation sera un évènement spectaculaire et chatouillant agréablement l’amour-propre national ; pour les Toulousains, pour le grand public, ce premier vol aura une signification évidente : le premier avion de transport supersonique à prendre l’air matérialisera en effet un énorme effort d’études, de recherches, et de construction, et le retard constaté…


Sciences & Mécaniques – Avril 1968 : Vous pourrez bientôt franchir vous-même le mur du son

Ce sera bientôt. Le premier avion supersonique conçu pour transporter des passagers fera son premier vol cette année. Voici comment a été construit l’avion franco-britannique Concorde, comment il va voler et ce qui vous attend lorsque vous ferez votre premier vol à 2300 km/h. Vous déjeunez tranquillement à l’aéroport de Londres en attendant le départ de votre avion. Puis, on vous embarque dans un avion long et fuselé. Vous bouclez votre ceinture de sécurité. Un quart d’heure après le décollage, après avoir franchi 250 km, nous franchissons le mur du son sans même nous en apercevoir. Comme le bruit du…


Science & Vie – Hors-Série 1968 : Transport supersonique

Article de Roland de NARBONNE Propulser un avion de transport à des vitesses supersoniques sans sacrifier les exigences économiques, tel est le problème délicat posé aux motoristes voici cinq ans. L’Olympus de Concorde est une première réponse. Le premier vol de Concorde aura-t-il lieu en août prochain ? Seules quelques hautes personnalités de Sud-Aviation et de la British Aircraft Corporation seraient en mesure de répondre. Mais elles s’en gardent bien, afin d’éviter la déconvenue du vol manqué du 28 février. Annoncée près de deux ans à l’avance, comme devant être celle de la naissance réelle du transport supersonique, cette date…


Science & Vie – Novembre 1966 : A 20.000 mètres : l’ozone, les éruptions solaires, les radiations créent un milieu nouveau

Article de Pierre LEFORT Voici comment volera ”Concorde ». Concorde volera à 20.000 mètres, à plus de 2300 km/h, dans une atmosphère raréfié où prédominera l’ozone ; il ne devra pas être bruyant au sol, et les passagers n’auront à connaître que confort et silence. L’objet de cet article est de présenter les difficultés d’ordre matériel avec la façon dont elles peuvent peuvent-être surmontées. Le 28 février 1968, M. André Turcat, directeur des essais en vol de Sud Aviation, décollera le prototype Concorde 001. Le « top” sera donné à ce gigantesque oiseau long de plus de 50 mètres qui, deux ans…


Science & Vie – Février 1965 : Pourquoi avons-nous besoin des Anglais ?

Quand l’Olympus décide…. Concorde : pourquoi avons-nous besoin des Anglais. Article de Jacques MORISSET En passionnant l’opinion, l’affaire Concorde a brusquement révélé au public français l’importance et les dimensions du programme franco-britannique de réalisation d’un avion de transport supersonique : son importance, d’abord, par les polémiques sur le coût des investissements nécessaires ; ses dimensions ensuite, puisque son éventuelle remise en cause a soulevé une vague d’indignation dans les milieux aéronautiques des deux pays. Mais, de ce côté de la Manche, le réflexe le plus courant fut de s’étonner de notre carence en matière de turboréacteurs ; nombreux furent ceux, en effet (et même,…


Science & Vie – Avril 1964 – Trois projets US contre Concorde

 L’immense pari du supersonique  Les Américains achètent Concorde. Français et Anglais publient leur bulletin de victoire. Victoire provisoire, mais qui se chiffrait éventuellement par une facture de 60 à 90 millions de dollars. Le 4 juin 1963, Pan Am a en effet commandé six unités du futur appareil supersonique franco-britannique, le maximum d’options consenties par les constructeurs (Sud-Aviation et Bristish Aircraft Corporation) à un seul acheteur. Pan Am prend tout le lot. On n’a jamais vu cela, une compagnie américaine achetant un avion européen à l’état embryonnaire des études. Et quelle compagnie ! Pan Am, colosse des lignes internationales, arbitre…