Catégorie : Air et Cosmos

Tous les articles Air et Cosmos traitant de Concorde


Air & Cosmos rend hommage à Jean-Marie Riche

Jean-Marie Riche est au premier plan. Derrière lui, Pierre Sparaco. © Famille Riche Jean-Marie Riche s’est éteint le 18 mars 2018 à l’âge de 97 ans. Une disparition qui ne peut laisser Air & Cosmos indifférent puisqu’il en fut l’éminent fondateur. Le magazine est né en mars 1963 sous son impulsion mais aussi celles d’Albert Ducrocq et de Jacques Morisset. ”Au début des années soixante, alors que l’industrie aérospatiale était en pleine renaissance, le manque d’un journal d’information – en langue française – sur ce secteur était ressenti dans toute la profession », écrivait Jean-Marie Riche à l’occasion du 50ème anniversaire de la création d’Air &…


Air & Cosmos – 19 Mars 1966 : L’atterrisseur principal de Concorde

Les spécifications de l’avion supersonique de transport ”Concorde » imposent des conditions d’utilisation particulièrement exceptionnelles. En effet, au problème commun à tous les atterrisseurs (minimum de masse pour un maximum de sécurité) est venu s’ajouter celui de la température posé par le vol supersonique. On ainsi été conduit au choix d’une version d’atterrisseur tout acier à haute résistance (186 hbar). L’utilisation de ces aciers a nécessité de longues et minutieuses études en laboratoire, qui faisaient suite à celles déjà entreprises pour d’autres trains d’atterrissage  en acier, réalisés par Hispano-Suiza (entre autres, le Bréguet 1050). Par ailleurs, la géométrie et le dimensionnement…


Air & Cosmos – 12 Mars 1966 : Le premier vol de Concorde est fixé au 28 février 1968

Article de Jacques MORISSET Près de cent journalistes français et britanniques ont pu “toucher du doigt” le prototype 001 de ”Concorde », celui qui doit effectuer son vol initial à Toulouse à la fin du mois de février 1968 : à l’occasion de la livraison à l’Etablissement Aéronautique de Toulouse d’un premier tronçon de fuselage de « Concorde” destiné à subir des essais statiques, Sud Aviation avait en effet invité la Presse à visiter ses installations de Blagnac et de Saint-Martin-du-Touch, où sont déjà en fabrication une partie des éléments des deux prototypes. En quelques mois, de substantiels progrès ont été accomplis….


Air & Cosmos – 15 Janvier 1966 : Où en est CONCORDE

L’avion de présérie On sait que les progrès réalisés dans le développement de ”Concorde » ont permis d’apporter à l’avion de présérie un certain nombre de changements donnant une amélioration appréciable des performances, des caractéristiques opérationnelles et de la rentabilité sans toutefois engendrer des répercussions importantes sur la conception de la structure et des systèmes. Les dimensions, la masse et la charge marchande de « Concorde” sont devenues les suivantes :   Prototype Présérie Longueur 56,3 mètres 58 mètres Capacité 118 Passagers 136 Passagers Masse maxi au décollage 148 tonnes 154 tonnes Charge marchande 10,7 tonnes 12,7 tonnes Structures et systèmes La longueur…


Air & Cosmos – 18 Décembre 1965 : La fabrication de Concorde

Article de Jacques MORISSET Tandis que se poursuivent dans de nombreux laboratoires les essais aérodynamiques et structuraux, ou la mise au point des systèmes divers de Concorde, la fabrication des deux prototypes se poursuit à Toulouse (appareil numéro 001) et à Filton (appareil numéro 002), avec l’aide des divers établissements de Sud Aviation et de la British Aircraft Corporation. L’Olympus 593 Les premiers essais au banc, il y a quatre semaines, de l’Olympus 593-B, le réacteur de Concorde coïncidait avec le troisième anniversaire de la coopération franco-britannique signé en novembre 1962. Pour Bristol Siddeley comme pour la SNECMA, ces trois…


Air & Cosmos – 20 Novembre 1965 : CONCORDE : premiers essais au banc de l’Olympus 593-B

La SNECMA et Bristol Siddeley ont annoncé conjointement le 18 novembre les premiers essais au banc de l’Olympus 593-B, le réacteur de Concorde. Prévu pour la fin du mois, cet évènement s’est donc produit avec une certaine avance par rapport au planning des coopérants. Ce prototype a déjà fonctionné pendant une heure à 50% de sa puissance, et pendant 5 minutes à 60% de sa poussée maximale : une poussée de 17.000 livres (7,7 tonnes) a été ainsi obtenue. Au cours des quinze derniers mois, les deux moteurs de développement déjà construits (type 593-D) avaient accumulé au total 170 heures de…


Air & Cosmos – 4 Septembre 1965 : Transports Supersoniques

Concorde, Tupolev-144 et le programme SST ont défrayé les chroniques des semaines de vacances On a appris, dans les derniers jours de juillet, que la Commission des Dépenses Publiques de la Chambre des Communes avait recommandé que le système de répartition des dépenses relatives à ”Concorde » entre la France et la Grande-Bretagne soit revu at que, devant l’augmentation constante des investissements afférents au lancement de ce programme, les conditions de contrôle de ces dépenses soient réexaminées. Bien qu’il soit incontestable qu’aussi bien en France qu’en Grande-Bretagne, le système du contrôle de l’affaire « Concorde” appelle à une amélioration, rien ne permettait,…


Air & Cosmos – 24 Juillet 1965 : Dernière définition du Boeing 733

Cette composition du Boeing 733 est la dernière publiée par le constructeur américain. Quatre points attirent l’attention : à l’avant, l’allongement du fuselage et la solution adoptée pour le cockpit à géométrie variable ; il n’y pas de rotation du nez avant, mais un mouvement oblige vers l’avant et vers le bas du panneau supérieur chargé de protéger les glaces du cockpit ; ensuite, l’importance de la partie triangulaire fixe de la voilure, prolongée très en avant, et la disposition des réacteurs, disposés deux à deux de chaque côté du fuselage, et sous le plan de la voilure, enfin, la nouvelle forme de…


Air & Cosmos – 10 Juillet 1965 : La CDC et les essais de structure de Concorde

La Compagnie des Compteurs (CdC) vient de se voir confier la réalisation des installations de conduite des essais de structure pour l’avion Concorde. A la demande de l’Etablissement Aéronautique de Toulouse, CdC) construit donc un ensemble de conduite automatique qui permettra d’étudier des phénomènes d’échauffement cinétique, simulé par des émetteurs infra-rouges disposés autour de la cellule. Le même ensemble permet d’étudier les problèmes de refroidissement, ainsi que de simuler le système des forces variables auxquelles l’avion est soumis en vol. L’installation réalisée par la CdC constitue donc un centre de mesure, de contrôle et de calcul qui assure deux fonctions…


Air & Cosmos – Juin 1965 : Concorde

Commandé maintenant à 47 exemplaires (grâce à la récente décision de la Sabena, qui devient ainsi la dixième compagnie à avoir choisi le supersonique franco-britannique), « Concorde » respecte le calendrier que lui ont fixé les gouvernements et constructeurs : Sud Aviation, BAC, Bristol Siddeley et la SNECMA ; le dessin du prototype est en effet gelé, maintenant d’une façon définitive, et les premiers vols restent fixés au début de 1968. Les caractéristiques de l’appareil sont les suivantes : envergure, 25,5 mètres ; longueur totale, 56,2 mètres ; surface de la voilure : 358,25 m2 ; poids au décollage : 148 tonnes ; à l’atterrissage : 31 tonnes ; carburant utilisable : 79 tonnes ;…